Publié le: 13 Octobre 2009
Par: Penel Arnaud
Crowie et Chris Lieto, Hawaii 2009

Hawaii, réactions de pros 1/2

Photo par Yi Hsueh

La ligne d'arrivée à peine franchie, les pros de cette 31ème édition des Championnats du Monde Ironman à Hawaii étaient déjà accaparés par les centaines de journalistes présents derrières les barrières, prêts à capturer chaque seconde de leur récit. Commençons par les premiers arrivés…

Cameron Brown, 22ème en 8h53'41"
"Une jour à oublier ! Tout avait mal débuté la soirée d'avant la course. Pour me détendre avant d'aller me coucher, je passe la soirée à l'hôtel et décide de profiter de ma petite famille. J'emmène ma fille se baigner dans la piscine et là je me fais piquer dans le bas du dos par une guêpe. Ca gonfle tout de suite, aussi je décide de mettre de la glace… C'est ok jusqu'au lendemain matin, après une nuit agitée. En effet le dos est enflé, mais je ne veux pas rater le départ pour ça.
La natation débute bien, je suis aux côtés de Macca dans le premier groupe de tête mais au demi-tour je me fais chahuter et un trou s crée avec les leaders. Il ne fera que s'agrandir, me faisant sortir à plus d'une minute quarante (52'50").
A vélo ça a été pas mal pendant 90km, jusqu'au demi-tour où j'ai eu du mal à profiter de la puissance développée au début (288 watts), pour descendre à 220 watts seulement (4h44'51").
A pied j'ai débuté les 15 premiers kilomètres très correctement, passant de la 30ème à la 20ème place mais la chaleur était tellement étouffante, surtout dans Energy Lab (40°) que j'ai dû lâcher du lest. Je termine à la 20ème place pour mon 10ème Hawaii. Une journée à oublier !"

Craig Alexander, Australie, 1er en 8h20'21"
L'an passé fut très excitant, mais cette année fut beaucoup plus dure ! Cette année j'étais beaucoup plus "marqué" que l'an passé et il a fallu à chaque fois que je me batte pour me défaire des athlètes qui m'accompagnaient.
Il y a quelques très rouleurs sur le plateau masculin, et à deux ou trois reprises j'ai été décroché sur Hawi. Mon but n'était pas seulement de défendre mon titre, mais aussi de remporter une victoire dont je serais fier.
Je n'ai pas "attaqué" Chris Lieto mais j'ai juste trouvé mon rythme lorsque je l'ai passé. Mais aujourd'hui j'ai dû me battre contre chaque seconde.
Je pense beaucoup à ma famille aujourd'hui. Tous ces sacrifices, tous ces voyages font que je leur dois quelque chose de beau en regard de cela".

Craig Alexander avant le départ, par Jay Prasuhn
Craig Alexander avant le départ, par Jay Prasuhn

Chris Lieto, USA, 2ème en 8h22'56"
"Ma course a pied a été géniale ! J'étais surpris d'apprendre que j'ai couru en 3h02'. Mais je pense que je peux faire mieux car la chaleur sur Energy Lab a fait que j'ai été obligé de lever un peu le pied. C'est là que Crowie m'a passé et je l'ai suivi pendant 30 secondes… puis j'ai secoué la tête en me disant que je ne pourrais pas le suivre à ce rythme-là. C'était pourtant bien de courir avec quelqu'un mais là il allait vraiment trop vite.
Il a fallu que je me botte les fesses de nombreuses fois aujourd'hui. Ma famille est très importante pour moi et je veux être un exemple pour mon fils et ma femme. Cette course est une bénédiction des Dieux, pour ce qu'elle m'apporte dans la vie; c'est ce qui me fait avancer e rend cette seconde place si difficile à accepter".

Chris Lieto en tête, par Jay Prasuhn
Chris Lieto en tête, par Jay Prasuhn

Andreas Raelert, Allemagne, 3ème en 8h24'32"
"La course parfaite ! Je rêvais d'un podium mais je savais qu'il me fallait être patient afin d'apprendre de la course. Quand j'ai débuté le marathon avec Crowie j'étais vraiment à mon aise. Je savais que c'est j'avais affaire au meilleur coureur au monde, et je ne me suis pas affolé lorsqu'il m'a décroché.
Après avoir loupé les J.O. de Pékin j'ai cherché un nouveau but à ma carrière, et franchement je ne suis pas déçu !".

Andreas Raelert, par Jay Prasuhn
Andreas Raelert, par Jay Prasuhn

Rasmus Henning, Danemark, 5ème en 8h28'17"
"J'ai pris un calmant avant la natation (NDLR : il s'est cassé la main deux semaines avant la compétition) ce qui m'a beaucoup aidé. C'est attraper la gourde à vélo qui était le plus problématique. La tactique de course à vélo m'a énormément surpris, et cela n'a rien à voir avec ma course qualificative en Chine, ni avec une course ITU !
Je sais que pour moi le meilleur est à venir. Les gars devant moi sont bons, mais je pense que je peux faire mieux l'an prochain. J'ai beaucoup appris de Torbjorn (NDLR : Sindballe). Il m'a donné de nombreux conseils les semaines précédant la course et je pense avoir encore beaucoup à apprendre de lui."

Chris McCormack, Australie, 4ème en 8h25'20"
"Ca a été très très mal pendant une dizaine de kilomètres à pied. Puis c'est revenu et là je me suis vu voler sur les gars devant moi. Mais c'était quand même une belle journée, un de ces moments inoubliables".

Chris McCormack, par Jay Prasuhn
Chris McCormack, par Jay Prasuhn

Dirk Bockel, Luxembourg, 7ème en 8h29'55"
"Quelle belle journée, tellement dure mais pour une superbe fin".

 

> fin de l'article

commentaires


Pas de commentaires pour le moment

Ajouter un commentaire :

Vous devez posséder un compte et être authentifié pour déposer un commentaire.