Publié le: 07 Mai 2009
Par: Penel Arnaud
Lien: http://www.lisboatriathlon.com/
Hervé Perrin à LisbonnePastéis, LisbonneLisbonneLisbonneLisbonne

Lisbonne, objectif atteint

Photo par Fresnes Triathlon

Il y a un moment que nous n'avions pas publié de récit de coureur. Le Half-Ironman de Lisbonne qui a eu lieu il y a bientôt deux semaines était l'occasion pour certains habitués d'Xtriathlon de débuter leur saison sous les meilleurs auspices. Hervé Perrin nous compte son aventure en terre Portugaise.

Bien content d’avoir fait une belle saison 2008, une belle surprise m’attendait à l’issue de la saison. Souvenez-vous,  pour récompenser ma première place au challenge sportif de notre groupe, l’Xtriathlon de Roland m’offrait une inscription au Triathlon international de Lisbonne 2009. La section  consolidait le package en y ajoutant généreusement le vol jusqu’à la capitale lusitanienne. Quelques temps après, c’est avec plaisir que j’apprenais que Jean-Yves, Gérald et Saïmone souhaitaient m’accompagner sur cet événement.

L’épreuve longue distance se déroulant relativement tôt dans la saison, le 25 avril, il n’aura pas fallu s’endormir à l’intersaison. Mais attention ne nous trompons pas, l’épreuve est un cadeau, je ne vais pas m’y faire mal. Je veux apprécier le présent jusqu’au bout et me faire plaisir à Lisbonne.

Arrivée à Lisbonne quelques jours avant la compète. Jean-Yves, Gérald, leur compagne, NicoTria un forumeur ami de Roland, et moi-même logeons en plein centre ville dans un superbe appart’ qui va nous permettre de profiter pleinement de la beauté et des animations de la ville. Pendant deux jours nous nous laissons guider par Gérald pour visiter et aussi apprécier les spécialités gastronomiques locales bacalhau et sardinhas. N’oublions pas les fameuses pâtisseries, les pastéis de Belém, un régal.

Samedi matin jour d‘épreuve, 5h le réveil. C’est le moment où la batterie de mon chrono décide de me lâcher. C’est donc annoncé, je ferai la course aux sensations.  A 6h, accompagnés de nos vélos, nous empruntons le métro pour nous rendre dans le quartier moderne de Parque das Nações où va se dérouler l’half-Ironman. A cette heure d’ouverture des portes du transport en commun, nous croisons tout naturellement les jeunes Lisboètes un peu agars qui rentrent se coucher après leur nuit de fiesta. Au parc nous retrouvons plus de 500 triathlètes. Le soleil est là et heureusement pour moi la température est fraîche et le restera toute la journée.

8h départ, les 1900 m de natation se déroulent en deux boucles dans un bassin qui communique avec le Tage. Nous sommes proches de l’embouchure vers l’Atlantique, c’est donc sans surprise que nous découvrons une eau salée. Mieux porté mais surtout grâce à la bonne préparation du coach, je réalise sans le savoir (pas de chrono) un temps de 28’18’’ qui me satisfait pleinement.

Ma transition n’est pas un modèle du genre car je prends le temps de bien me couvrir. Nous voilà partis sur un bout d’autoroute pour 90 km à effectuer en quatre tours. Quasiment plat de bout en bout, nous sommes tous allongés sur nos prolongateurs pour mieux pénétrer une faible brise. Ce parcours est bien différent des rues pavées du centre ville de Lisbonne qui n’arrêtent pas de monter et descendre. Ces allers-retours me permettent d’apercevoir et d’encourager les copains dans l’effort. Avec mon 33,2 km/h de moyenne, je ne peux rien contre les champions qui me prennent un tour. Mais je suis sûr d’une chose, je ne me mets pas dans le rouge. J’en garde pour la suite.

Sur le semi, je pars avec de bonnes sensations. Je suis un peu perdu car j’ai pour objectif de courir en 1h 30’ mais je n’avais pas prévu que je partirai sans montre. Heureusement, les encouragements de nos accompagnatrices et du Saïmone blessé me rassurent. Un petit coup de moins bien aux deux tiers du parcours me fait douter. Le petit verre de cola et je retrouve une bonne foulée pour la quatrième et dernière boucle. Les derniers hectomètres, et en particulier le passage sur la passerelle de bois surplombant un bras du Tage ne sont que du bonheur.  Je passe la ligne où le chrono affiche 4h 48’. Un peu plus tard j’apprendrai que mon objectif  de l’heure et demie est réalisé. Génial.

Pour rapidement éliminer les traces de l’effort, je profite des masseuses portugaises qui, malgré un surprenant massage énergique d’une dizaine de minutes, me remettent sur pied. Je peux rejoindre mes compagnons Fresnois qui sont arrivés et fiers de leur course aussi.

Après un goûter pasta régénérateur, Jean-Yves nous convainc de nous rendre à la distribution des hawards de l‘épreuve. Il sent qu’il a fait un truc. Sous une pluie d’œillets jetés depuis un hélicoptère - les lisboètes fêtent l’anniversaire de leur révolution, leur fête nationale - nous nous rendons au lieu de rendez-vous, un casino avec tenue correcte exigée s’il vous plait. Comme pendant toute la journée, l’organisateur du triathlon de Lisbonne fait bien les choses, très classe. Nous sommes un peu en retard. La classe d’âge de Jean-Yves a déjà été appelée. Gérald va aux renseignements. Et oui, l’organisateur rappelle le premier de la catégorie 60-64 ans. Jean-Yves Gautier monte sur le haut podium au milieu des machines à sous. Congratulations.

Je garderai un bon souvenir sportif et touriste de Lisbonne. Croyez-moi, cela vaut le coup de remporter le challenge sportif. C’était un super cadeau. Merci à Roland, à Xtriathlon, à notre section triathlon de Fresnes pour ce séjour triathlétique. Merci aussi à tous ceux qui m’ont encouragé et en particulier Saïmone qui m’a aussi prêté sa valise pour transporter confortablement mon vélo en avion.

Je vous souhaite de bons moments de triathlon. A bientôt dans les parcs, Rv

 

> fin de l'article

commentaires


Pas de commentaires pour le moment

Ajouter un commentaire :

Vous devez posséder un compte et être authentifié pour déposer un commentaire.