Publié le: 09 Juin 2008
Par: Penel Arnaud
Lien: http://www.kateallenracing.com/de/
Kate Allen, assidue à 'lentraînement en compagnie de son coachKate Allen et le système de SuuntoAllen posant pour ses sponsors

Kate Allen soulagée

Photo par Nick Warren

Traduction(s) : en

Kate Allen fondait dimanche dernier tous ses espoirs olympiques sur les championnats du monde. En terminant huitième et première Autrichienne, elle doit certainement sa qualification olympique aux mauvais résultats du Canada, pays qui avait fondé dans ces Championnats du Monde de Vancouver des espoirs de troisième place pour une athlète féminine. Après une trentième place aux Europe de Lisbonne, Kate Allen est soulagée…

Kate Allen sait parfaitement qu'une fraction de seconde peut tout changer. En un court et horrible moment, sa préparation pour défendre son titre Olympique fut menacée par une chute à vélo, pendant la coupe du monde de l'International Triathlon Union (ITU) en Nouvelle Zélande début avril.
Ses blessures ont plongé sa saison dans le chaos, ne lui laissant pas d'autres choix que de placer toutes ses chances sur un bon finish aux championnats du monde ITU à Vancouver, le week-end dernier. Sans une bonne prestation, elle n'aurait eu aucune chance d'être sélectionnée aux Jeux Olympiques en août.

Suite à sa chute, on lui fit 22 points de suture sur le visage, le bras et la main, et elle resta à l'hôpital pour subir cinq heures de radiographie. Elle a dû revoir complètement son programme d'entraînement et le reconstruire. Le plus frustrant, selon Allen, est que l'accident aurait pu être évité.
"La chute en elle-même, je ne m'en souviens pas" dit Allen, "mais je me rappelle être tombée face la première sur le tarmac, fortement choquée."
"Ce n'était pas vraiment un "accident, arrêtons nous là".

Il paraîtrait que Lisa Huetthaler, membre de l'équipe Autrichienne et coéquipière de Allen, aurait causé l'accident et l'affaire est en train d'être examinée par l'ITU et la fédération Autrichienne. Pour l'anecdote, Huetthaler a récemment été contrôlée positive à l'EPO pour l'échantillon A, et est en attente du résultat de l'échantillon B.
Maintenant, huit semaines se sont écoulées depuis l'accident, Allen, Australienne d'origine, vit le plus gros challenge de sa carrière. Avec l'aide de ses supporters, elle se bat pour la troisième et dernière place dans l'équipe Autrichienne, et elle dépend de sa performance Canadienne.

"Pour Vancouver, c'est tout ou rien" dit-elle. "Je dois faire un bon résultat, un top 10 ou je ne serai probablement pas sélectionnée".
"J'ai de bons et de mauvais jours et je dois voir ce qu'on peut faire ensemble pour ce jour en particulier. Mon programme d'entraînement a été fait de manière très scientifique, mais maintenant, on est à la limite, on ne peut pas faire mieux.".

"J'ai eu environ deux semaines de récupération et j'ai du ensuite reprendre l'entraînement depuis le début ou presque. J'ai dû retravailler les bases (l'endurance) d'abord, et construire l'intensité après.

Le surentraînement est un risque omniprésent, mais Allen et ses coaches font attention au moindre signe de fatigue en utilisant un système créé par la compagnie Suunto.

"Cet appareil enregistre 22 situations" explique-t-elle. "Je dois être en forme mais le faire chaque jour à la même heure. Nous avons un plan d'entraînement que j'essaie de suivre mais je ne peux pas toujours alors nous nous adaptons."

C'est un dur passage pour Allen, qui a brillamment gagné les JO de 2004 à Athènes, remontant de la 28ème place après le vélo et doublant la deuxième à 150 mètres de l'arrivée.
Elle a grandi dans le Sud Est de l'Australie et a commencé à courir très jeune, mais se lança dans le triathlon à l'âge de 26 ans après avoir été encouragée par son futur mari et maintenant coach Marcel Diechtler.
Depuis, elle a atteint des sommets sur Ironman, comme ses succès sur le circuit ITU World Cup. Elle détient le record du temps sur Ironman en Australie en 2002 avec 8h58min et 24sec et a finit 5ème au championnat du monde à Hawaii en 2006.
Elle a été vice championne d'Europe deux fois, en 2004 et 2007 et troisième en 2007 lors de l'ITU World Cup à Salford.

Malgré l'ampleur de la tâche qu'elle doit accomplir, Allen est une athlète déterminée et balaiera tous les obstacles pour obtenir son ticket pour Pékin. Elle a décidé de ne pas aller à la coupe du monde de Madrid en mai pour se concentrer exclusivement sur Vancouver. Diechtler dit qu'elle a de très bonnes chances d'être sélectionnée.
"Nous sommes en train de faire les choses bien" dit-il, 'elle est assez fraîche et s'est entraînée très dur".

"Je me serais diminuée (à Madrid)" dit Allen "en m'entraînant dur ensuite pendant une demi-semaine et départ pour le Canada. A la place, j'ai eu trois semaines d'entraînement solide pour obtenir un bon résultat."

"Nous sommes très compétents," poursuit Allen. "Nous ne faisons pas d'erreurs et nous avons toute l'expérience des années précédentes"
Avoir un niveau de forme incertain signifie que sa stratégie de course pour Vancouver sera décidée le jour-même.
"Je vais me battre le plus dur que je peux. J'essaierai de ne pas perdre de temps en natation et revenir dans les premières places à vélo. Cela dépend vraiment des autres, et j'aurai juste à prendre la course comme elle vient."

Cependant, comme Allen le sait bien, venu le jour de la course, tout peut arriver - une fraction de seconde peut faire la différence.
Propos recueillis par Nick Warren pour Xtriathlon et traduits par Charline Sayah
Infos sur Kate Allen
Résultats des Championnats du Monde de Vancouver

> fin de l'article

commentaires


Pas de commentaires pour le moment

Ajouter un commentaire :

Vous devez posséder un compte et être authentifié pour déposer un commentaire.