Publié le: 13 Avril 2006
Par: Daniel Servel
Lien: http://triathlon.cao-stcyr.fr/

Le plus court chemin vers Kona – part#4

Photo par Uwe Gramann

Quel rêve... Daniel nous a expliqué, depuis 3 semaines, la meilleure manière de prendre la direction de notre rêve. Cette dernière partie explique le niveau de difficulté pour l'obtention du fameux "slot"
Pour finir (ouf !), j'ai essayé de dégager une synthèse pour les groupes d'age à partir des 2 tableaux précédents, toutes catégories confondues. Les épreuves sont classées en plusieurs groupes, de 1 à 5 étoiles ; 5 étoiles représentent le niveau de difficulté le plus élevé en vue de la qualification. Une étoile équivaut à 10 Pts Triathlomètre, c'est-à-dire environ 10 minutes :
HOMMES GROUPES D'AGES
FEMMES GROUPES D'AGE
*****
*****
Western
Western
****
****
Zurich, Nice, Klagenfurt, Australie
Brésil, Zurich, Cœur d'Alene, Floride, Australie
***
***
Arizona, Floride, Brésil, Francfort, Sherborne, Lanzarote, Afrique du Sud, Nouvelle Zélande
Francfort, Japon, Nice, Klagenfurt, Afrique du Sud, Nouvelle Zélande, Lake Placid
**
**
Japon, Lake Placid, Cœur d'Alene
Corée, Canada, Lanzarote, Arizona, Madison
*
*
Corée, Canada, Madison
Sherborne

Ce dernier tableau traduit la difficulté moyenne d'obtention d'un slot pour la saison 2004-2005, en lissant les résultats observés pour les différentes catégories. Pour confirmer (ou corriger) ces tendances, l'idéal serait bien sûr d'avoir des statistiques sur plusieurs saisons consécutives. Par défaut, on peut au moins avancer que la vérité d'une année est d'autant plus susceptible de se répéter l'année suivante qu'elle repose sur un échantillon représentatif et reproductible. En clair, plus il y a de slots attribués et plus la probabilité de "retomber dans les mêmes eaux" l'année suivante est forte, sous réserve que la participation (nombre, niveau, répartition entre catégories) reste comparable.

Intuitivement, j'estime à 6-7 slots le seuil à partir duquel on peut raisonnablement extrapoler sur l'année suivante, et c'est seulement à 10 ou plus que l'on peut parier sur une vraie valeur prédictive. En revanche, pour des catégories récompensées par 1 ou 2 slots, aucune prévision ne peut être établie. Il suffit qu'un "extra-terrestre" soit au départ et l'affaire est réglée. A Nice en M55-59, les 464 Pts supersoniques du qualifié direct étaient l'œuvre de Yves Tabarant, que l'on ne présente plus. Lorsqu'il y a un slot en jeu, on peut juste prier pour qu'un athlète hors norme ne soit pas au départ … ou à l'arrivée … ou alors se désiste ! Il en découle que pour les femmes, à l'exception des épreuves nord-américaines, il est très aléatoire voire impossible de se risquer à un pronostic précis. Chez les hommes en revanche, pour les 3 catégories M30-34, M35-39 et M40-44 la hiérarchie étoilée possède une bonne chance d'être observée à nouveau lors de la saison 2005-2006. Malgré tout, et même pour ces dames, la synthèse précédente peut servir à orienter le choix.

Que dit ce tableau ? Tout d'abord, qu'il n'y a aucune course miracle. Aucun ironman ne "brade" les slots. Ceci étant, certaines destinations laissent entrevoir une qualification plus aisée, et inversement certaines courses sont à éviter … si votre seul objectif est de vous qualifier bien entendu ! En Australie par exemple, on a plus de chances de voir des kangourous que de revenir avec une qualif en poche. L'an dernier en Europe, Klagenfurt, Zurich et Nice étaient les courses les plus relevées pour la qualif, alors que contre toute attente Sherborne et ses 30 slots offraient les meilleures chances. Chez les hommes, le niveau des épreuves européennes est très homogène, alors que pour les femmes les différences sont plus marquées. Au final, trois "bons plans qualif" se dégagent : Corée, Canada et Madison. Avec ces 3 premiers choix, on peut également ajouter Sherborne (mais attention le faible nombre de slots peut vite modifier la donne) et Lake Placid. Ce n'est sans doute pas un hasard si ces 5 épreuves sont aussi les 5 dernières du calendrier avant Hawaii. Tous ceux qui espèrent vraiment aller à Hawaii n'attendent pas les 2 derniers mois pour tenter leur chance. De plus, on peut même espérer sur ces épreuves un roll down supérieur à la normale, car doubler Kona juste derrière est un vrai pari … physique et financier ! Pour Madison, qui qualifie pour l'année suivante, pas de faveur particulière à attendre du roll down, mais en revanche aucun risque de croiser sur cette course tous les athlètes qui préparent Hawaii 5 semaines plus tard …

En conclusion, l'épreuve de Madison apparaît comme un bon compromis pour nous européens qui rêvons d'Hawaii sans en avoir tout à fait les moyens : un niveau de qualification plus abordable qu'en Europe (si vous restez régulièrement à quai pour 20 ou 30 minutes sur le vieux continent, alors vous avez de bonnes chances d'être dans les clous dans le Wisconsin) sans l'inconvénient de devoir enchaîner juste derrière avec le mythe. Maintenant, si vous êtes costaud physiquement et financièrement "blindé" (on en revient finalement toujours au même, tout est plus facile quand on est riche et en parfaite santé), alors vive la Corée et le Canada !

> fin de l'article

commentaires


13 Avril 2006, par : BenOui mais pour Madison, si tu obtiens ta qualif, c'est pour l'année suivante, donc pas besoin d'enchainer quelques semaines plus tard


14 Avril 2006, par : laurentavec le nouveau passeport pour les Etats Unis, les prix vont encore grimpés...


Ajouter un commentaire :

Vous devez posséder un compte et être authentifié pour déposer un commentaire.