Publié le: 22 Mars 2006
Par: Daniel Servel

Le plus court chemin vers Kona – part#2

Photo par Steve Handwerker

Nous découvrions la semaine passée avec Daniel la meilleure manière de prendre le chemin de la grande finale Hawaiienne à Kona. De nombreux chiffres nous manquent encore afin de parfaire nos connaissances
Tandis que dans le chapitre précédent nous étudiions un tableau recensant pour chaque épreuve le nombre de slots alloués en 2004-2005 pour les Groupes d'ages et les professionnels, voyons maintenant combien de slots en moyenne sont attribués par rapport au nombre de classés.

Les indices "nombre de classés / slot distribué" pour les groupes d'age sont reportés sur les 2 graphiques suivants. Le premier enseignement est que l'allocation pour les femmes est plus favorable que pour les hommes (mais elles le valent bien) ; pour les hommes, la moyenne se situe autour de 1 slot pour 20-30 classés, et pour les femmes autour de 1 slot pour 10-15 classées. Pour les femmes, les épreuves nord-américaines sont les plus concurrentielles (car beaucoup de participantes en nombre et en pourcentage comparé aux épreuves européennes). Pour les hommes, les ironman de Western Australie, Klagenfurt et Sherborne sont sur le papier les "courses de la mort", alors que Lanzarote ou Francfort semblent offrir les meilleures perspectives …

GROUPE D'AGE HOMME : NOMBRE DE CLASSES PAR SLOT DISTRIBUE :

Course M AG
Lanzarote 14
Francfort 16
Japon 18
Zurich 19
Corée 19
Nlle Zélande 20
Brésil 22
Australie 23
Floride 23
Canada 24
Cœur d'Alene 24
Lake Placid 25
Arizona 25
Nice 29
Madison 29
Afrique Sud 30
Western 45
Klagenfurt 47
Sherborne 64

GROUPE D'AGE FEMME : NOMBRE DE CLASSEES PAR SLOT DISTRIBUE :

Course W AG
Corée 6
Lanzarote 6
Japon 7
Nice 7
Sherborne 10
Francfort 11
Afrique Sud 12
Nlle Zélande 12
Zurich 13
Western 14
Australie 14
Brésil 15
Arizona 16
Klagenfurt 18
Floride 18
Cœur d'Alene 19
Canada 20
Madison 21
Lake Placid 21

Si le niveau de la participation était comparable sur toutes les épreuves, les chances d'obtenir un slot seraient proportionnelles aux indices précédents. La réalité étant plus complexe, il est nécessaire de venir "corriger" ces chiffres bruts en fonction du niveau de la concurrence. Pour se faire je me suis appuyé sur le challenge interne que j'ai lancé il y a 2 ans dans mon club du CAO St-Cyr (Yvelines), baptisé le Triathlomètre. Le principe repose sur la cotation des performances en fonction du différentiel de temps par rapport au classé du milieu pour chaque course. Après 2 saisons d'expérimentation et de réglages, j'ai pu vérifier que l'axiome de départ était correct, à savoir que le niveau moyen des concurrents sur les épreuves françaises ouvertes aux licenciés compétition était relativement homogène, quelle que soit la région, la distance ou le nombre de partants : ce niveau moyen des compétiteurs et compétitrices en France, toutes catégories confondues, correspond dans ce système Triathlomètre à la référence 300 Pts. Le classé du milieu sur chaque course se voit attribué forfaitairement 300 Pts. Ensuite, le différentiel par rapport à ce temps de référence donne droit à des points en plus ou en moins : chaque minute représente un nombre de Pts égal à 12 divisé par le temps de référence exprimé en heures. Ainsi sur un Ironman où le concurrent médian réalise 12h00, chaque minute en moins ou en plus représente respectivement un gain ou une perte de 1 point. Pour un MD bouclé en 5h00 par le concurrent médian, la minute "vaut" 2,4 points etc. La méthode peut paraître de prime abord un peu compliquée, mais elle est en réalité très simple et facile à appliquer (merci Excel quand même). La plupart des méthodes existantes se basent sur un ratio par rapport au temps du vainqueur. C'est une manière de faire, mais elle suppose implicitement que tous les vainqueurs se valent. Tabler, pour les courses françaises ouvertes à tous, sur un niveau moyen homogène est certainement plus représentatif.

Pour remettre tous les temps réalisés sur Ironman dans un même référentiel de Pts, j'ai donc essayé dans un premier temps d'appliquer tel quel le système Triathlomètre aux différents qualificatifs (en posant implicitement comme hypothèse que le niveau des triathlètes était équivalent aux 4 coins du globe). J'ai très vite déchanté, car les résultats obtenus étaient hautement fantaisistes; considérer que quelle que soit l'épreuve, le classé du milieu "valait" 300 Pts était manifestement une approximation de taille. Je ne voyais pas vraiment comment aller plus loin, jusqu'à répondre à la question suivante : quel est le point commun entre tous les Ironman qualificatifs ? Et bien que tous leurs qualifiés se retrouvent à la mi octobre sur la même course et dans les mêmes conditions : c'est l'analyse des résultats hawaiien des groupes de qualifiés de Francfort, de Lanzarote, de Floride, du Canada ou d'ailleurs qui peut permettre de "dresser un pont" entre les différentes épreuves et estimer ce que valait la course qualificative de chacun.

Mon étude a ainsi porté sur tous les Ironman qualificatifs de la saison 2004-2005, de Madison 2004 au Canada 2005, soit 19 Ironman au total, en procédant comme suit :

• Pour tous les qualifiés de ces 19 Ironman, soit 1260 concurrents, calcul du ratio entre le temps réalisé à Hawaii (pour ceux qui ont fini) et le temps réalisé sur le qualificatif.
• Estimation, pour chaque groupe de qualifiés, d'un ratio moyen H/Q entre le temps Hawaii et le temps Qualif, après avoir vérifié qu'il existait bel et bien une corrélation nette entre les 2 séries de temps ; ces ratios permettent ensuite de convertir le temps réalisé sur une épreuve en un temps-équivalent sur n'importe quelle autre épreuve par simple règle de trois.
• Estimation pour chaque épreuve du temps de référence 300 Pts dans le système Triathlomètre, en "déposant" tout d'abord le temps de référence pour l'épreuve niçoise (les 12h32'26" correspondant au classé médian des 550 finishers français de Nice), puis règle de trois comme indiqué ci-dessus pour déterminer la référence 300 Pts des autres épreuves.

Remarques :

• Le fait de considérer le "français moyen" plutôt que le "concurrent moyen" pour déterminer la référence 300 Pts sur Nice n'a aucune importance dès lors qu'il s'agit uniquement de comparer les épreuves Ironman entre elles. Ceci a en revanche une importance si on souhaite ensuite élargir la comparaison avec des épreuves hors circuit Ironman, comme Embrun par exemple.
• La performance athlétique de chaque groupe à Hawaii est supposée globalement comparable à celle réalisée lors de l'épreuve qualificative (il y a ceux qui font une grande course, ceux qui ratent leur course et la majorité qui fait sa course "normalement"); cette hypothèse est peut-être discutable, car certains qualificatifs ont lieu un an avant le jour J ce qui laisse du temps pour progresser et bien se préparer, alors que d'autres se déroulent 7 semaines avant, avec les problèmes de récupération que cela peut supposer, mais ce paramètre "préparation récupération" est impossible à quantifier. Par défaut, le plus logique est de considérer que chaque groupe se présente globalement à Hawaii avec les mêmes armes que sur le qualificatif.

Les résultats (estimation des ratios H/Q, temps de référence 300 Pts et Pts Triathlomètre du vainqueur) sont consignés dans le tableau suivant trié pour l'exercice 2004-2005 de l'épreuve la plus difficile à la plus "facile" (en difficulté intrinsèque liée aux conditions et au profil) :

Course Vainqueur Temps du
vainqueur
Ratio H/Q T Ref 300 Pts du
vainqueur
Lanzarote Juhanson 08:55:37 0,946 13:08:31 531
Nice Faure 08:49:06 0,992 12:32:26 514
Sherborne Rhodes 08:42:14 0,996 12:29:06 518
Hawaii Al-Sultan 08:14:17 1,000 12:26:06 543
Madison Harju 08:52:33 1,006 12:21:40 503
Brésil Sabatschus 08:50:37 1,006 12:21:31 505
Lake Placid Delogne 08:56:11 1,009 12:19:34 498
Nouvelle Zélande Brown 08:20:15 1,014 12:16:03 531
Afrique du Sud Tissink 08:21:35 1,014 12:15:32 529
Japon Shortis 08:41:17 1,019 12:12:15 507
Arizona Al-Sultan 08:25:42 1,019 12:12:07 523
Corée Vernay 08:37:38 1,022 12:10:10 510
Zurich Mauch 08:21:50 1,032 12:02:40 520
Cœur d'Alene Zyemstev 08:23:29 1,035 12:00:38 517
Canada Lieto 08:33:32 1,039 11:57:54 505
Australie McCormack 08:25:45 1,041 11:56:34 512
Western Australie Shortis 08:16:00 1,048 11:52:06 518
Francfort Stadler 08:20:50 1,060 11:43:56 508
Floride Evans 08:31:07 1,060 11:43:39 497
Klagenfurt Tissink 08:14:36 1,071 11:36:53 509

Que dit ce bilan ? Que seules 3 épreuves qualificatives proposaient cette année un défi physique plus important que celui d'Hawaii. Lanzarote est sans conteste l'épreuve la plus dure du circuit, alors que Francfort, la Floride et Klagenfurt sont les courses les plus rapides. Pour fixer les idées, le temps de référence 300 Pts est celui qu'aurait réalisé sur chacune de ces épreuves un même triathlète représentatif du niveau moyen en France sur longue distance. Coté cotation des performances pour les vainqueurs, la pole revient à Faris Al-Sultan à Hawaii ce qui n'a rien d'étonnant, devant Brown, Juhanson et Tissink.

Quelques exemples de conversion de chrono par règle de trois :

- 11h00' à Lanzarote correspondent à 9h49' à Francfort (11 * 0,946 / 1,060 = 9,817),
- 9h35' à Klagenfurt correspondent à 10h20' à Nice (9,583 * 1,071 / 0,992 = 10,346),
- 10h30' à Zurich correspondent à 10h50' à Hawaii (10,5 * 1,032 / 1,000 = 10,836),
- etc.


> fin de l'article

commentaires


22 Mars 2006, par : anthony PHILIPPEEn ce qui me concerne, à 10 minutes près, dans tous les sens et pour différentes courses, ça marche ! Pas mal ce petit tableau...


22 Mars 2006, par : phiphiEncore un beau travail !


22 Mars 2006, par : Cyril DebloisGd bravo ! Beau boulot et résultats TRES informatifs !


22 Mars 2006, par : gnrtri.max2sport.comsalut
sympa cette idée de tout répertorier
en lisant les 2 articles je me rends compte que j avais bien fait d aller à Lanzarote l an passé pour la qualif
et effectivement j ai fait les calculs et ça marche (10 min d ecart)
et maintenant je sais où je dois aller pour faire un chrono(je le savais déja) mais ça me fixe un objectif
bravo
est ce qu il y a une suite?


22 Mars 2006, par : laurentMerci daniel, il fallait y penser


27 Mars 2006, par : Roland / XtriathlonL'analyse est très suivie... et dans le monde entier :
http://www.elkilometro.com/topic.asp?TOPIC_ID=5710

http://forum.slowtwitch.com/gforum.cgi?post=757738;sb=post_latest_reply;so=ASC;forum_view=forum_view_collapsed;;page=unread


26 Mai 2007, par : TriathfumixBravo pour le calcul, c'est exactement cela. L'année passée je faisais 10h01 à ZH et cette année 10h54 à Lanza. Les calculs sont précis. Merci et bonnes salutations sportives.


Ajouter un commentaire :

Vous devez posséder un compte et être authentifié pour déposer un commentaire.