Publié le: 19 Janvier 2005
Par: Penel Arnaud
Lien: go.php?id=21

Marilyn MacDonald de retour en France

Photo par Xtriathlon

La dauphine de Sophie Delemer lors de l'Ironman France 2004, la canadienne Marilyn MacDonald, sera de retour sur le sol français en juin prochain, pour participer au premier triathlon XL de Gérardmer

Pour sa première course en Europe, Marilyn MacDonald, victorieuse de l’Ironman Malaisie 2004, avait choisi Gérardmer. Accompagnée de son mari Chris (qui terminera 5ème sur les talons de Cyrille Neveu), Marilyn aura livré un superbe duel à Sophie Delemer avant de céder sur le marathon et de prendre le 1er accessit de la course féminine. Elle se confie à Xtriathlon et nous donne les raisons qui la poussent à revenir participer au Triathlon XL le 25 juin prochain.

 

"Je suis venue à Gérardmer pour différentes raisons. Je voulais venir courir en Europe et je cherchais un Ironman en milieu de saison offrant des parcours exigeants (donc sans risque de drafting). C’est donc tout naturellement que notre choix s’est porté sur Gérardmer.
Lorsque nous avons débarqué en France Chris et moi étions un peu intimidés. Aucun de nous ne connaissait un mot de français et c’était l’une des premières fois que nous venions dans un pays étranger participer à une épreuve. Dès notre arrivée à l’aéroport nous avons été accueillis par l’organisation qui a assuré notre transfert de l’aéroport à Gérardmer.
Arrivés quasiment une semaine avant l’épreuve, nous avons eu l’occasion de découvrir Gérardmer. Le cadre ici est idéal pour l’organisation d’un événement tel qu’un Ironman. Les gens sont accueillants, les paysages découverts lors de nos sorties vélo avec Chris me faisaient penser à mon Canada natal. Le lac est génial pour les longues sorties natation (en plus l’eau y est très propre). C’est donc dans des conditions optimales que nous avons pu préparer l’épreuve.

Je tiens à préciser que l’organisation est vraiment très proche des athlètes et propose de nombreux extras qui rendent l’événement très attrayant et facilite la préparation de l’épreuve. Les athlètes ont accès à Internet, des ostéopathes sont à leur disposition et les massages sont gratuits. Une superbe pasta party, un briefing en anglais et en allemand, des housses vélo pour protéger votre vélo dans l’aire de transition nous sont aussi proposés. Bref vous avez tout pour être relax et bien aborder cette longue journée de l’Ironman.

Lorsque nous pénétrons dans le parc le matin de la course, le fond de l’air est assez frais mais l’on devine une belle journée. L’eau à 7h00 était plutôt fraîche mais le lac très calme (du moins avant que les 900 furieux ne soient lâchés). La ligne de départ est assez large et permet de ne pas prendre trop de coups. Ce fut vraiment un plaisir de commencer la journée dans ces conditions.

A noter que les tentes de transition sont spacieuses et une tente est spécialement réservée aux femmes ce qui est appréciable. Une fois sur le vélo, j’ai trouvé les spectateurs très présents tout au long du parcours, les ravitaillements sont impeccables, tout y est disponible (gels, barres, bidons vélo, nourriture salée…). Parcours sécurisé, parfois des routes assez rugueuses qui "rendent" peu, des cols réguliers en pente douce, par moment on a l’impression de participer à l’Ironman Canada !
Le parcours course à pied est aussi très attrayant, les ravitaillements nombreux et riches, quelques côtes régulières. Le tracé en boucle et sous forme d’aller-retour permet de juger de l’écart entre les concurrents et de se motiver à chaque passage. Un parcours très attrayant le long du lac, où l’on ne s’ennuie jamais.

C’est le lendemain que cette épreuve m’est apparue vraiment différente des autres. La cérémonie de clôture se déroule sous un énorme chapiteau, rassemblant tous les bénévoles et les athlètes (2700 personnes ce soir là). Là où les cérémonies d’Ironman sont longues et fastidieuses, la soirée (ou plutôt la fête dans ce cas) est géniale. Des écrans géants qui diffusent la course de la veille, de superbes cadeaux comme un voyage à Hawaii à gagner pour l’un des 50 qualifiés, des paires de roues Ksyrium et une voiture parmi les Finishers. Ensuite, place à la fête (sponsorisée par un brasseur, la bière est gratuite !) accompagnée d’un orchestre. C’est vraiment la première fois que je m’amuse autant après une épreuve et d’ailleurs je n’étais pas la seule. C’est au petit matin que nous avons quitté le chapiteau en compagnie de l’organisation et d’autres athlètes croisés la veille lors de l’épreuve.

C’est pour toutes ces raisons que nous avons décidé, avec Chris, de revenir à Gérardmer en 2005 pour prendre part au Triathlon XL. Je suis vraiment heureuse que les organisateurs puissent encore nous proposer une épreuve de cette qualité et je ne peux que recommander Gérardmer aux athlètes, de par la beauté des parcours et la gentillesse de l’équipe d’organisation et de tous les bénévoles."
Marilyn

L’avis de Chris MacDonald

"Nous avons débarqué avec Marilyn en France en provenance du Brésil. A vrai dire je ne m’attendais pas à trouver sur place une équipe d’organisation aussi accueillante et dévouée pour assurer le meilleur service possible aux athlètes (pro et amateurs). Gérardmer est une ville idéale pour l’entraînement et la présence d’une épreuve telle qu’un Ironman. Le lac entouré de montagnes, les routes offrant de superbes paysages, la course à pied sur les sentiers… D’après ce que l’on m’a dit le Triathlon XL 2005 (la nouvelle version de l’Ironman) sera encore plus beau avec un retour au cœur du Parc Naturel des Ballons des Vosges. Autant dire que j’ai hâte de revenir à Gérardmer cette année et espère bien vous y retrouver !"
Chris

Lien : www.triathlondegerardmer.com
Email : info@triathlondegerardmer.com

> fin de l'article

commentaires


20 Janvier 2005, par : laurentc'est vrai qu'il est géniale, moi aussi j'ai fait l'Ironman 2004 mais l'eau est trop froide(crampe vers la fin de la natation)...


Ajouter un commentaire :

Vous devez posséder un compte et être authentifié pour déposer un commentaire.